titre_00680.jpg

Trois plasticiens 

Dessins, manipulations, vidéos, cinéma d’animation, traitement de l’image en direct 

Lison de Ridder

NikodiO

Paatrice Marchand

Quatre musiciens 

Raphaël Quenehen saxophones

Antoine Berland piano et sampleur

Thibault Cellier contrebasse 

Edward Perraud batterie et percussions 

Logo_Vibrants_Défricheurs.jpg

Création 2022

Reality Show est un ciné-spectacle en temps réel dont les images et les sons débordent des écrans et des instruments pour envahir la salle. Ce spectacle jubilatoire est le fruit de 20 ans de pratiques et de performances collectives mêlant musique et arts visuels au sein du collectif.

Dans une installation minimaliste et foisonnante, façon atelier, des images dessinées, découpées, accumulées, sont projetées sur plusieurs écrans intégrés à la scénographie.

Tout est à vu, tout est à nu, artisanal et analogique.. Chaque saynète animée se transforme en numéro d'équilibriste dont le spectateur devient alternativement le témoin, le voyeur et le juge de paix !

Quelques images de la première résidence de novembre 2020, à la Maison de la Jeunesse et des Associations, Val de Reuil (27). 

Résidence réalisée avec le soutien du Théâtre de L'Arsenal de Val de Reuil 

Scène conventionnée d'intérêt national "art et création pour la danse".

thumb_IMG_E6898_1024.jpg
DSC_0817.JPG
DSC_0643.JPG
thumb_IMG_6876_1024.jpg
thumb_IMG_6996_1024.jpg
DSC_0697.JPG
DSC_0550.JPG
DSC_0759.JPG
thumb_IMG_6906_1024.jpg
DSC_0670.JPG

OMUPO !

Les Vibrants défricheurs
à la MJA du 16 au 20 novembre 2020

article de Jean-Yves Lazennec

Un plateau de répétition de musiciens électriques c’est à peu près tout le contraire d’un plateau pour danseurs. Ici l’espace, l’épure, le vide et des corps en mouvement ; là un vrai et scrupuleux et volontaire bazar ! des instruments en tous genre, des trucs et des machins étranges aux formes improbables parfois très volumineuses, des témoins d’amplis qui clignotent tout le temps,  des fils partout, des chaises pour accueillir la solide immobilité des interprètes - bref des têtes le plus souvent  penchées en avant, vers les doigts ou des pupitres, et surtout … du matos !

 

 

 

 

Çà c’est pour l’ordinaire, mais avec les Vibrants  Défricheurs certes il y a tout çà, mais en beaucoup plus sophistiqué ! des instruments inventés de toutes pièces,  avec de surcroît des écrans, des tables qui tournent, des peintres/ plasticiens et une caméra en direct avec un chef opérateur itinérant. Çà brasse, çà cherche, avec une passion incroyable pour l’improvisation. Tout partira de là pour ne cesser d’y rester.

On reste des heures durant comme çà, en quête de la Grâce.

 

 

Les sublimes outils d’artisans electronico-baroques, sont la voie d’accès à cette rareté ludique. A l’écoute çà ressemble à rien de bien référencé, on se laisse surprendre par toute cette liberté, ce « free » comme on disait il y a quelques temps encore.

 

 

 

Et puis chemin faisant celui qui regarde assiste à ces moments projetés sur écran « d’écriture automatique instantanément déchiffrée ».  Une drôle d’installation : ils sont alors 3 captés en surplomb qui inventent en direct une partition, jouée par ceux qui ont encore les mains libres. Notes, dessins, coloriages, brouillons de brouillons, on se retrouve face à une sorte d’Ouvroir de Musique Potentielle, un OMUPO, qu’aurait adoré un Raymond Queneau et ses copains.

 

 

 

 

 

Mais là  aussi, comme pour leurs prédécesseurs en littérature, techniquement c’est du haut de gamme. Piano, Saxos, batterie, guitares, percussions, cordes, etc … çà envoie ! comme on dit dans le jargon. Cette virtuosité au service de la musique elle même peut bien parfois questionner sur la fabrication d’une musique pour musiciens ?. Et pour commencer pourquoi-pas ? la poésie et le désir de se faire plaisir en travaillant beaucoup sont là. Que deviendra ce travail de résidence avec la complicité du Théâtre de l’Arsenal ? ils n’en savent rien eux mêmes pour le moment - c’était des débuts, du laboratoire, de l’expérimental et des fantaisies, avec de belles surprises à venir, impossible d’en douter :

on s’impatiente déjà .

Magazine LYBO du 20 novembre 2020 sur France 3 Normandie

thumb_IMG_7060_1024.jpg
thumb_IMG_E7066_1024.jpg
Rien_à_voir.jpg